Augmenter vos tarifs de traduction, c’est facile !

Hier j’ai participé aux manifestations de ma CCI locale pour la journée de la femme en tant qu’expert sur un panel d’entrepreneurs et de professionnels de la communication. Nous avons reçu 3 créateurs d’entreprise (ou plutôt des créatrices en l’occurrence !), chacune avec un problème de développement de son activité ou de son chiffre d’affaires. Une créatrice en particulier a présenté un problème bien connu par nous, les traducteurs : l’augmentation des tarifs et le passage du travail 100 % agences à 100 % clients directs.

Son activité : la création de contenus audiovisuels dans un domaine bien précis, le sport (montagne, sports d’équipe, etc.) et ses films sont tout simplement éblouissants. C’est pourquoi j’ai été surprise d’apprendre qu’au bout de 3 ans d’activité elle n’arrivait toujours pas à en vivre. Les raisons ? Une grosse dépendance de plusieurs agences qui imposent des tarifs trop bas et pas de stratégie pour aller démarcher des clients directs.

Nos recommandations pour la sortir de cette situation ?

  1. Rester sur cette spécialisation (le sport) et devenir LE producteur de film connu et reconnu dans ce domaine (elle pensait que se diversifier pouvait l’aider)
  2. Se mettre en avant sur les points techniques (matériel, logistique de tournage, etc.) sur les forums spécialisés pour nouer des liens avec des confrères et pouvoir se positionner sur des gros projets en collaboration avec des confrères à la recherche des compétences pointues qu’elle possède
  3. Faire son fichier de contacts de prospection de clients directs dans le domaine du sport et lancer une campagne de mailing suivi d’un phoning pour prise de RDV ; selon un expert de notre panel cette étape peut (et doit ??) être sous-traité à un commercial qui travaille sur mandat d’apporteur d’affaires (il est payé lorsque le projet est bouclé et réglé par le client et c’est lui qui s’occupe du recouvrement également) et ceci afin de motiver le commercial et préserver la trésorerie fragile de cette jeune entreprise (je ne suis pas sûr que ça marche pour nous, les traducteurs, mais pour elle je pense que c’est une bonne stratégie vu sa très forte spécialisation et ses belles références à montrer !)
  4. Travailler son discours commercial et en particulier les points autres que la qualité du résultat (ici on parle de rassurer le client en parlant des compétences de gestion de tournage, de respect du budget et des délais, etc. — elle sait faire tout ça mais n’a pas l’habitude de parler de ça vu qu’il y a toujours une agence entre elle et son client)
  5. Puisque de toute façon les 2 personnes de cette société n’arrivent pas à se payer un salaire tous les mois, se faire un peu violence en augmentant de façon significative les tarifs auprès d’agences de communication (et tenir bon!!) quitte à les perdre comme clients ; 3 années de travail en se faisant imposer des tarifs trop bas commençait à avoir un effet très négatif sur la perception que cette créatrice d’entreprise avait de la qualité (époustouflante !!) de son propre travail. Il ne faut pas négliger le mental…cette situation qui avait déjà duré trop longtemps et commençait à la faire douter d’elle. Et parfois il faut se libérer de certaines choses pour faire de la place pour de nouvelles choses plus positives !

Voilà un petit résumé de cette séance très intéressante, en espérant que cela vous donne un peu des idées pour augmenter vos tarifs de traduction et booster votre activité !