Traducteurs et finances personnelles : l’épargne à moyen terme (pour un projet précis) et l’épargne retraite

Nos deux derniers billets ont abordé les fondements de la finance personnelle pour tout traducteur (ou autre professionnel indépendant !).

Si vous avez loupé les 2 derniers épisodes vous les trouverez ici :

Les bases de la finance personnelle

L’épargne à court terme, votre matelas de sécurité

Ce billet, le dernier dans notre série, sera consacré à l’épargne moyen terme et à l’épargne retraite.

L’épargne « moyen terme » est de l’argent que l’on met de côté pour un projet précis :

  • Vacances
  • Une nouvelle voiture
  • Formation ou études
  • L’achat d’un bien immobilier
  • Travaux de rénovation
  • Et j’ai également un livret spécial « impôts » (merci Mr FISC !) où, n’étant pas mensualisée, je mets X EUR de côté chaque mois pour mes impôts et taxes locales

En général, il est conseillé de mettre son épargne à moyen terme sur un compte à faible risque (pour ne pas mettre en péril la réalisation de son projet à l’échéance voulue) mais qui a tout de même des garde-fou pour vous empêcher de « piocher » dedans trop facilement (par exemple, une assurance-vie avec des pénalités de retrait, évidemment en choisissant des fonds à faible risque).

Tout comme l’épargne à court terme, des versements par virement automatique depuis son compte courant sont également une très bonne idée ! Vous constituez votre épargne (et vous réalisez vos projets de vie !) sans même que l’argent vous manque sur votre compte courant…(c’est ça tout l’intérêt du virement automatique).

Enfin, l’épargne retraite

Trop jeune ? Pas le temps de vous renseigner sur les supports disponibles ? Vous pensez que le régime des indépendants va s’occuper de vous ?

Moi, je dis qu’il n’est jamais trop tôt pour commencer. Et grâce à l’effet boule de neige, plus vous commencez votre épargne retraite tôt, plus votre argent vous rapportera avec chaque année qui passe.

Donc, quelques principes pour démarrer :

  1. Même si vous pensez être trop jeune, n’avez pas envie de vous casser la tête ou a peur de placer votre argent, mettez quelque chose de côté tous les mois dès maintenant (même sur un livret en attendant de savoir comment le placer plus tard). Attention par contre à l’inflation qui grignotera les faibles retours sur un compte type livret sur le long terme…
  2. Une fois que vous aurez choisi un ou des supports (votre banquier, assureur, ou comptable peut vous aider) pour votre épargne retraite en vous renseignant bien sur les risques et la fiscalité, il est important de « lisser » les effets du marché dans le temps en achetant des unités de compte régulièrement dans le temps (si on an support basé sur des actions par exemple, il vaut mieux mettre 100 EUR par mois que 1200 d’un seul coup une fois par an). Encore une fois, le virement automatique est la solution !

Combien faut-il mettre de côté pour la retraite ?

Commencez par faire une simulation auprès de votre caisse de retraite pour savoir combien vos cotisations aux régimes obligatoires (et complémentaires si vous cotisez) vous rapporteront.

Ensuite, déterminez combien il vous « manquera » pour maintenir votre niveau de vie pendant la retraite.

Vous n’avez plus qu’à choisir vos supports et à mettre en place vos versements !

Et l’immobilier dans tout ça ?

Un bien immobilier peut faire partie de votre plan d’épargne retraite. Le mieux c’est bien évidemment de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier et de se rappeler qu’un placement immobilier pour la retraite est un placement à long terme et qu’en cas d’un aléa de la vie (divorce, décès, maladie, chômage…) la vente de votre bien avant l’échéance souhaitée peut vous renvoyer directement à la case de départ…

Encore une fois, le mieux c’est de bien se renseigner auprès d’un ou de plusieurs professionnels, d’être sûr qu’on a toutes les informations sur les risques et la fiscalité d’un placement et de refaire un point tous les 5 ans (les points deviennent plus fréquents au fur et à mesure qu’on s’approche de la retraite).