Traducteurs et finances personnelles : l’épargne court terme (votre matelas de sécurité)

Notre dernier billet a abordé les bases de la finance personnelle. Dans ce billet nous poursuivons avec une notion essentielle, le fameux matelas de sécurité. En d’autres mots, l’épargne à court terme.

La vie d’un entrepreneur offre énormément de liberté, tant sur le plan personnel que professionnel. Par contre, nous vivons sans véritable protection sociale : en cas de coup dur, c’est à nous d’assurer nos arrières (et celles de nos proches). Et le premier rempart, c’est l’épargne à court terme.

Comme dans le billet précédent, j’insiste sur le fait qu’il manque cruellement d’informations chiffrés et de calculateurs qui prennent en compte les spécificités de la France. Je m’appuie donc sur les informations disponibles pour les Etats-Unis en les adaptant à ma propre expérience en France depuis 15 ans. Mais c’est à chacun de se faire conseiller par un professionnel (expert comptable, gestionnaire de patrimoine, notaire, assureur, banquier…) selon sa situation personnelle et familiale.

Je préconise une épargne à court terme :

  1. Accessible (c’est à dire pas de pénalités pour les retraits). Par exemple, un Livret A est « accessible ». On peut retirer de l’argent à tout instant sans pénalités. Et la bonne nouvelle est que le Livret A et le Livret Développement Durable viennent de voir leurs plafonds augmentés. Mais attention, les taux d’intérêts sont très bas, ce qui rend ce type de compte inadapté pour une épargne à long terme (par exemple, si le coût de la vie augmente à un taux plus élevé que le taux d’intérêt du compte, vous perdez en pouvoir d’achat sur le long terme).
  2. Séparée de votre compte courant (le compte que vous utilisez pour gérer vos dépenses au jour le jour) pour ne pas être tenté de « piocher » dedans inutilement.
  3. Suffisante pour couvrir vos dépenses courantes pendant 3 à 6 mois.

L’épargne à court terme sert à couvrir les dépenses imprévues :

  1. De santé, soit en cas de maladie grave ou si vous avez besoin de soins qui ne sont pas en général très bien remboursés par les mutuelles (optique, dentaire, etc.). Si vous cassez une dent sur une fève lors de la galette des rois, pouvez-vous vous payer une prothèse dentaire ? D’ailleurs c’est le bon moment de vérifier votre mutuelle de santé et de comparer les différentes offres !
  2. Des réparations : réparer une voiture ou une machine à laver qui tombe en panne, c’est souvent plus urgent qu’on ne pense ! Pouvez-vous payer la réparation ou le remplacement de votre voiture ou machine ?
  3. Vos dépenses courantes en cas de baisse de revenu : si vous ne pouvez pas travailler suite à une maladie ou la maladie d’un proche, par exemple. Encore une fois, c’est peut-être le moment de faire le point avec votre assureur, car il existe des assurances privées qui versent des « revenus de remplacement » dans certaines situations et certaines de ces assurances sont déductibles en tant que frais professionnels.

Et si vous n’avez pas (ou pas assez) d’épargne à court terme ?

  1. Commencez par ouvrir un compte (un livret par exemple, c’est simple et gratuit).
  2. Fixez un objectif (un montant d’épargne total) et faites de cette épargne votre priorité numéro un.
  3. Mettez en place un virement automatique tous les mois (de 10 % à 20 % de vos revenus nets selon vos capacités) pour arriver à votre objectif d’épargne. Si vous avez des difficultés, cherchez des sources d’économies dans votre budget mensuel…par exemple, je paye un abonnement mensuel dans un parking couvert qui coûte assez cher (60 eur par mois). Je viens de tester l’abonnement résident pour se garer dans la rue (12 eur par mois). Et ça marche, j’arrive à me garer assez facilement la plupart du temps, je peux donc vivre sans le parking couvert. Je vais donc procéder à la résiliation de mon abonnement au parking…ce qui libèrera 48 eur par mois de mon budget mensuel ! Épluchez vos abonnements de téléphonie mobile, d’internet, des transports en commun, vos assurances habitation et auto, votre consommation de gaz et d’électricité…avec un peu d’imagination, ce n’est pas si difficile que ça de trouver au moins 10 % d’argent « en plus » pour doper votre épargne !

Nos prochains billets aborderont l’épargne moyen terme et long terme ! En attendant, posez vos questions et partagez vos astuces pour atteindre vos objectifs d’épargne à court terme !