Tests de traduction pour clients directs ?

Encore un vrai cas qui nous est arrivé chez SFM Traduction…cette fois-ci il s’agit d’une demande de test de traduction de la part d’un client direct (potentiel). Ce n’est pas la première fois que cela nous arrive, ce qui m’a emmenée à réfléchir sur des cas similaires. Voici un petit bilan pour vous aider à ne pas perdre du temps et à maximiser vos chances de décrocher de nouveaux clients directs suite à un test.

Premier cas : l’agence de traduction qui demande un test. Pour nous c’est non. J’estime que le coût de validation de nouveaux collaborateurs incombe à l’agence, pas aux traducteurs indépendants. C’est peut-être bête, mais c’est une question de principe.

Deuxième cas : le client direct qui vous contacte avec une demande de test « motivée ». Je prends le cas d’un de nos meilleurs clients, un organisme semi-public qui a l’obligation de faire au moins une consultation officielle sinon un « vrai » appel d’offres afin de pouvoir travailler avec un fournisseur donné. Le client a exprimé sa volonté de travailler avec nous et a pris le temps de nous expliquer la procédure. La réponse donc est oui, on fait le test.

Troisième cas : le client direct qui ne vous connaît pas et qui vous contacte pour un devis avec demande de test pour un projet précis. La première chose que nous faisons, c’est de demander un RDV avec le client. Le client qui n’a pas le temps, ce n’est pas bon signe pour une future collaboration. Ensuite, on fait une « découverte » complète. Si on sent qu’il y a du potentiel, on fait le test. Si le client ne souhaite pas vous consacrer une petite demi-heure au début de la relation, à mon avis il vaut mieux passer à autre chose. Nous avons récemment fait un test pour la traduction d’un site web de plusieurs dizaines de milliers de mots qui n’a pas abouti même après un test parce que le client « avait déjà un prestataire ». Chose que nous aurions découverte lors d’un RDV, chose que le client, trop débordé, n’a pas accepté.

Quatrième cas : le client direct qui, pour être rassuré, a besoin de « voir » avant d’acheter. Similaire au troisième cas ci-dessus. Je prends le cas d’un prospect que je suis allée voir récemment. Il a déjà fait traduire une plaquette en urgence par une agence à un tarif…disons très bas. Il estime que la traduction est « correcte mais sans plus » et souhaite voir ce que nous serions capables de faire. Le client semble réellement intéressé par nos compétences et nous semblons être sur la même longueur d’ondes concernant notre façon de travailler. J’accepte donc d’effectuer le test parce que j’y crois et parce que le courant est passé lors du RDV.