Réseautage – Partie III – Les 3 réseaux incontournables de tout traducteur indépendant

Dans un post précédent, nous avons commencé à fixer des objectifs pour accroître nos réseaux.

Maintenant, nous allons aborder les 3 réseaux incontournables pour tout traducteur indépendant :

1 – Les réseaux de nos métiers : associations ou syndicats professionnels comme la Société française des traducteurs, l’Association des traducteurs littéraires de France, réseaux d’anciens élèves des écoles de traduction, etc.

2 – Les réseaux des métiers de nos clients : clubs d’affaires thématiques des Chambres de Commerce et d’Industrie ou autres organismes, associations professionnelles des secteurs de nos clients, etc.

3 – Les réseaux bénévoles ou associatifs : réseaux d’entraide, associations culturelles ou sociales, etc.

Participer à la vie de ces réseaux apporte de nombreux bénéfices :

  • On sort du bureau et on s’éloigne de son ordinateur pendant quelques heures, le temps d’une réunion ou d’une rencontre ; on respire tout simplement !
  • On aide à organiser des manifestations et évènements ; les contacts que l’on prend en tant qu’organisateur (par téléphone, lors d’un RDV) sont une formidable répétition générale pour des contacts avec nos clients — plus on fait, plus on gagne en aisance et ça se voit !
  • On rencontre plein de monde et on élargit son réseau — on se fait connaître et on gagne la confiance des membres de nos réseaux par notre implication ;
  • On a la satisfaction personnelle de soutenir une cause qui nous est chère.

Comment démarrer ?

En ce qui concerne « nos » réseaux, c’est à dire les réseaux et associations de traducteurs, il n’y a aucune réticence à avoir. Souvent il suffit de prendre contact pour être tenu au courant des rencontres, formations et manifestations. Idem pour les réseaux bénévoles. Pour les réseaux « métier » de nos clients, cela dépend vraiment du secteur (certains sont plus fermés que d’autres). Une explication sincère (que vous vous intéressez à leur réseau parce que vous souhaitez vous tenir au courant des évolutions de leur secteur, que vous souhaitez avoir accès à des formations, à des informations, etc.) assortie d’une proposition d’aide (les associations ont toujours besoin de petites mains !) peut ouvrir pas mal de portes. Vous pouvez également chercher une mise en relation par un membre de votre réseau existant.

Maintenant c’est à vous ! Qu’allez-vous faire en 2010 pour booster vos réseaux ?

Présentation sur le réseautage faite à Toulouse en juillet 2009